lundi 23 mars 2020

"La formule de Dieu" de José Rodrigues Dos Santos

Hello,

Je sais que je ne suis pas très régulière et avec un bébé ça n'arrange en rien le manque de régularité dans mes chronique. Pourtant, c'est un bonheur d'écrire...d'écrire sur mes lectures ! je vais tenter de persécuter dans cette voie de régularité ... l'espoir fait vivre !!

J'ai donc aujourd'hui le plaisir de vous partager mon avis sur un auteur que j'aime beaucoup et que j'ai connu grâce à Séverine de @ilestbiencelivre sur Instagram.
Il s'agit du premier roman que je lis de lui et je ne compte pas m'arrêter là.

Voici mon avis :

Pocket 
Sorti le 02 mai 2013
720 pages
littérature 

Ma note : 4/5

Quatrième de couverture

Printemps 1951, deux espions de la CIA épient une rencontre de la plus haute importance entre David Ben Gourion, « premier » Premier Ministre de l'État d'Israël, et Albert Einstein. L'objet de leur discussion : l'obtention de l'arme nucléaire par le jeune état juif et l'existence de Dieu. Cinquante ans plus tard, Tomas Noronha, expert en cryptologie, est appelé au Caire par une mystérieuse jeune femme. Sa mission : déchiffrer un cryptogramme caché dans un document détenu par le gouvernement de Téhéran. Un manuscrit écrit de la main d'Albert Einstein dont le contenu pourrait bousculer l'ordre mondial. Tomas Noronha devient alors un agent double censé collaborer avec les Iraniens pour informer l'Occident. Mais au cours de son enquête, il découvre que le fameux manuscrit contient beaucoup plus de choses que ne l'espéraient ses différents commanditaires. Il serait tout simplement la preuve scientifique de l'existence de Dieu.

Mon avis

Se plonger dans un roman de J.R. Dos Santos c'est se plonger dans une aventure scientifique romancée avec une très grande qualité d'écriture.

Nous faisons la connaissance de Tomàs qui va se retrouver au coeur d'un complot international... dans lequel la confiance ne va pas être à donner à n'importe qui (et il ne vaut mieux pas)... grâce à ce personnage, nous sommes embarqués dans une belle aventure à caractère scientifique.

L'intrigue est très bien menée et les personnages sont très bien ficelés. Nous plongeons réellement au coeur du roman dès les premières pages... très honnêtement nous n'avons pas le temps de nous ennuyer ... il n'y a aucune longueur !

La petite touche assez originale c'est le côté très scientifique de certains passages et très intéressants même pour des novices comme moi dans le domaine de la physique etc ...

Nous sommes tenus en haleine jusqu’au bout du roman et je dois même vous avouer que je suis bien triste à la fin de quitter Tomás ! 

J’ai hâte de découvrir d’autres romans de cet auteur et je remercie encore @ilestbiencelivre qui m'a permis de le découvrir. 

Pour aller plus loin


Cet auteur a écrit beaucoup d'autres romans, n'hésitez donc pas à les lire et à me faire un retour.

A bientôt sur le blog.



dimanche 2 février 2020

« Johannesburg » de Fiona Melrose

Bonjour Cher Lecteur,

Aujourd’hui la chronique portera sur le deuxième roman de Fiona Melrose soit Johannesburg. Je remercie les éditions de la Table Ronde pour cet envoi. C’est toujours un bonheur de découvrir les nouveaux romans.

Maison d'éditions ; La table ronde
Sortie le 09 janvier 2020
320 pages

Ma note : 3.5/5

Résumé de la quatrième de couverture

Le 6 décembre 2013, Johannesburg se réveille à l’annonce de la mort de Nelson Mandela. Ce jour-là, Gin, de retour dans sa ville natale pour les quatre-vingts ans de sa mère, prépare la fête qui aura lieu le soir même. Mercy, l’employée de maison, l’aide à tout organiser, mais guette ce qui se passe dehors : quelques rues plus loin, la foule commence à se masser autour de la Résidence pour rendre hommage à Madiba. Peter, ami de jeunesse de Gin devenu juriste pour une société minière, passe devant les camions de télévision et les journalistes pendant son jogging matinal. Sur son îlot au milieu de la circulation, September, blessé par la police lors d’une grève, fait la manche avant d’aller manifester, seul, devant le siège de la mine qui l’employait. Sa sœur, Dudu, aide ménagère chez les voisins de Gin, lui apportera de quoi manger dans le bout de jardin où il a élu domicile. Johannesburg bruisse de vie et de mort en ce jour de forte chaleur et de tension historique, et Gin, qui s’est installée à New York pour fuir l’Afrique du Sud et ses démons, n’a d’autre choix que d’y replonger, tête la première. 
Le deuxième roman de Fiona Melrose est un chant d’amour à sa ville ainsi qu’un subtil hommage à Mrs Dalloway de Virginia Woolf.


Mon avis


Nous sommes le 26 janvier et j'ai terminé Johannesburg. Je prends la plume (enfin le clavier) immédiatement car j'ai très envie de vous en parler... Il s'agit d'un deuxième roman de l'auteure Fiona Melrose, le premier étant Midwinter. Un livre qui m'avait bien plu, qui m'avait embarqué dans son histoire et dans laquelle je m'étais attachée aux personnages. Attention je tiens à informer le futur lecteur que "Johannesburg" est un genre totalement différent du premier. Mais je dois dire que c'est ce que nous recherchons ; la diversité et là, le lecteur sera servi.

A la lecture de ce roman, j'ai constaté deux éléments différents de mes précédentes lectures. Tout d'abord le roman se joue sur 24h... l'auteure a très bien mené la barque en condensant tous les éléments, les personnages et... en seulement une journée mais il y a également la mort de Mandela le 06 février 2013 qui va être abordée de plusieurs manières suivants l'origine et la classe sociale des personnages. Il s'agit d'un aspect plus politique, qui n'est pas désagréable et qui est bien réparti dans le roman. 

Gin souhaite organiser l'anniversaire de sa mère. Aussi, lors de cette fameuse journée, nous allons faire la connaissance de beaucoup de personnages... des personnages de caractères différents... le point négatif que je mettrais en avant lors de cette lecture est, que j'ai été  un tantinet perdue face à tout ce petit monde au début principalement du livre, un égarement qui ne s'éternise pas, je vous rassure. D'ailleurs, c'est même assez drôle car même Juno le chien le famille tient une place importante au sein de cette histoire...ne rigolez pas c'est la vérité... ceci dit, ce n'est pas moi qui va dire le contraire car mon propre chien est important pour moi.

Gin avait eu la sensation que l'atmosphère de la ville chutait, la pression de l'air, l'altitude. Un déplacement de plaque. Elle ne savait pas comment le qualifier. La peau encore hérissée de chair de poule à cause de l'orage, elle alla trouver Neve dans sa chambre.
Je n'ai pas eu un coup de coeur mais j'ai passé un très bon moment en compagnie de Gin, September. Ce dernier, September, a été le personnage qui m'a le plus plu... j'ai aimé son côté naïf mais en même il sait ce qu'il fait.
En revanche, les propos de la mère envers sa fille m'a parfois mis mal à l'aise. J'ai même l'impression que nous sommes sur un non retour de cette relation mère/fille ... mais bon restons tout de même positif nous ne savons jamais ce que réserve l'avenir. 
" Gin avait eu la sensation que l'atmosphère de la ville chutait, la pression de l'air, l'altitude (...)Maman ?- Qu'est-ce que je dois mettre ? elle se retourna.La bleue est jolie. Ce que tu veux.- Ce que je veux n'est pas au programme."
Comme je l'ai dit, ce roman n'a pas été un coup de coeur mais je n'ai pas eu le temps de m'ennuyer durant ma lecture et les personnages sont vifs et attachants. Je conseille les deux romans de cette auteure.

Pour aller plus loin


J'en profite pour vous indiquer le lien envers ma chronique du premier roman de Fiona Melrose :
https://neferalex.blogspot.com/2018/03/midwinter-de-fiona-melrose.html



A bientôt sur le blog
insta : @thecocoonofbooksblog

dimanche 19 janvier 2020

"Le bon sens" de Michel Bernard

Hello les lecteurs !

Oh je suis ravie de vous retrouver pour cette fois vous parler d'un roman historique...sur Jeanne d'Arc...
Je remercie les éditions de la Table Ronde pour cette belle découverte historique.

Michel BERNARD
195 pages
20 euros 
littérature / roman historique
Sortie le 03 janvier 2020


Ma note : 4/5

Résumé 

Novembre 1449, dix-huit ans après la condamnation pour hérésie de Jeanne d'Arc, Charles VII chasse les anglais de Rouen. La fin de la guerre de Cent Ans est proche ; il faut achever la reconquête du territoire, panser les plaies des provinces dévastées et réconcilier les partis engagés dans la guerre civile. Promettant le pardon et l'oubli, le roi ordonne pourtant une enquête sur le procès de 1431. Malgré la résistance d'une partie de l'Eglise et de l'Université, quelques hommes opiniâtres, rusant avec la raison d'Etat, vont rechercher preuves et témoins pour rétablir la vérité, le droit et l'honneur de la jeune fille.

Mon avis



"L'odeur de l'encre, de la colle, celle du cuir des grands livres et du bois des étagères repoussaient la pestilence des rues de Rouen"

Vous l'aurez compris... ce livre nous fait voyager dans le passé aux côtés du Roi Charles VII et d'une certaine manière de Jeanne d'Arc. Michel Bernard, l'auteur, nous permet de rencontrer des personnages les cours de l'école nous ont enseignés. 
J'étais été conquise par la plume de cet auteur qui est à l'origine de plusieurs romans historiques.
Nous faisons également la connaissance de plusieurs personnages dont l'une qui m'a beaucoup marqué. Il s'agit d'Agnès Sorel la favorite du Roi de France. Un moment triste du roman, car l'auteur nous fait vivre le décès de cette femme en donnant naissance à sa quatrième fille.

"L'abandon obsessionnel aux élans de chair laissait l'amour au souvenir d'Agnès. Elle était tout entière dans son souvenir et ne devait pas subsister autrement. Contempler son portrait dans sa chambre à la lueur d'un flambeau, comme il le faisait chaque soir de son vivant..."

Nous sommes donc en 1449 et Charles VII vient de chasser les anglais et doit remettre la politique du moment à flot. Cependant et malgré les occupations du moment, il décide d'ouvrir une enquête sur la condamnation pour hérésie de notre Chère Jeanne d'Arc.

L’ambiance du livre et la plume de l’auteur nous rappelle bien la période dans laquelle nous sommes plongée ... je ne parle pas uniquement des personnages mais vraiment de l’ambiance générale et je dois dire que c’est un aspect qui m’a beaucoup plu. Il faut bien évidemment aimer les romans historiques bien ancrés.

Pour aller plus loin 



Je vous invite également à découvrir du même auteur (Grand format et en poche) :

A bientôt sur le blog 
insta : @thecocoonofbooksblog

samedi 7 décembre 2019

"La maison d'à côté " Lisa GARDNER

Bonjour les lecteurs,

J'ai fait une lecture qui m'a assez enchantée, je voulais donc en parler ici ! Une auteure qui est assez connue dans le milieu du thriller mais que je n'avais jamais lue... ce n'était pas faute de l'avoir dans ma PAL.

Mieux vaut tard que jamais comme on dit ! C'est dans le cadre du challenge organisé chaque année en novembre par @ilestbiencelivre alias Séverine avec le #theblacknovember que j'ai pu en profiter pour découvrir un roman de cette autrice.

La suite se trouve en dessous :


Livre de poche
Thriller
8.20 euros en poche
528 pages


Ma note : 5/5

Résumé

Un fait divers dans une banlieue résidentielle de Boston passionne les médias. Sandra Jones, jeune maîtresse d'école et mère modèle, a disparu. Seul témoin : sa petite fille de quatre ans. Suspect nº 1 : son mari Jason. Dès que l'inspectrice D.D. Warren pénètre chez les Jones, elle sent que quelque chose cloche : les réticences de Jason à répondre à ses questions, son peu d'empressement à savoir ce qui a bien pu arriver à son épouse « chérie »... Tente-t-il de brouiller les pistes ou cherche-t-il à protéger sa fille ? Mais de qui ? Après Sauver sa peau, une nouvelle enquête particulièrement surprenante de la non moins surprenante D.D. Warren. Vous ne regarderez jamais plus une porte déverrouillée, une fenêtre entrouverte ou une page Web de la même façon...

Mon avis

Déjà je tiens à dire que nous rentrons très rapidement dans l'histoire. Dès la première ligne, que dis-je, dès le premier mot nous sommes happés par l'introduction, dès ce moment là il est très difficile de poser le roman.

J'aime beaucoup sa façon de décrire les personnages et d'emporter le lecteur dans les méandres de la psychologie humaine.
Le suspense est très bien mené de début à la fin de ce roman et je suis pressée de découvrir les autres romans de cette autrice.

Nous apprenons que seul un couple est réellement capable de savoir ce qui se passe entre eux ! On découvre une relation bien étrange, des silences et beaucoup d'énigmes... le tout permet d'installer correctement le suspense.

Ce roman est un thriller original que je conseille aux lecteurs de thrillers et autres bien entendu!

Je ne veux rien spoiler aussi je vous laisse le découvrir pour en savoir plus sur cette petite beauté.

Pour aller plus loin



A bientôt sur le blog.

lundi 11 novembre 2019

"Adieu Fantômes" - Nadia Terranova

Hello les #lecteurs,

J'ai eu la chance de recevoir par les éditions de la Table Ronde, Adieu Fantômes de Nadia Terranova comme vous l'avez vu dans le titre que je remercie de nouveau.

Voici mon avis :

Nadia Terranova
22.90€
Sortie le 3 octobre 2019
Editeur ; Quai Voltaire
240 pages


Ma note ; 4,5/5

Quatrième de couverture

Messine est la ville natale d’Ida. Elle y revient aider sa mère à faire du tri dans l’appartement où elle a vécu toute son enfance et où commencent des travaux sur le toit-terrasse. Elle a trente-six ans, une vie à Rome, un mari, mais le passé a choisi ce moment pour ressurgir : vingt-trois ans après la disparition de son père, vingt-trois ans après ce matin où un homme rongé par la dépression a quitté le domicile familial sans rien laisser derrière lui, vingt-trois ans après que son corps s’est évaporé dans la nature, que son nom est devenu tabou, que son souvenir s’est mis à hanter les murs sous forme de taches d’humidité. Seule face aux fantômes de la maison, Ida devra trouver le moyen de rompre le sortilège pour qu’enfin son père puisse quitter la scène. Entre les souvenirs de jeunesse d’Ida et son récit d’adulte se tisse un roman d’une grande sensibilité, sombre et introspectif. Nadia Terranova, par la finesse de son observation des liens familiaux dans une maison frappée par le drame, fait apparaître le bonheur des choses simples.

Mon avis 

Nous suivons une jeune femme qui décide de retourner en Sicile, là ou vit sa mère pour l'aider car cette dernière souhaite déménager et donc envisage pour la vente des améliorations chez elle. Ida doit également trier sa chambre qu'elle avait laissé en l’état à son départ, avec toutes ses affaires.
Le problème intervient dans la communication entre la mère et la fille... nous pouvons imaginer que ce problème vient de la "disparition du père". En effet, un matin il s'est levé à 6h et il est parti...pour ne plus jamais donner de nouvelles à sa famille. 
Avant cela, il était très dépressif. La mère d'Ida travaillait alors c'est Ida qui s'occupait de son père ... la culpabilité intervient également dans ce roman... elle n'a rien vu venir ... ni l'une ni l'autre. 

Ce roman est tout simplement une belle introspection de l'adolescente, de la femme ... de cette femme qui habite à Rome et qui vit avec un homme mais aussi d’une femme qui n'a jamais fait le deuil de son père.

"Le bonheur n'existe pas, mais il existe des moments heureux" page 172


Je me suis lancée de ce roman et j'ai adoré ! La plume de l'auteure est un réel bonheur à chaque page. Je dois dire qu'il pousse également à se poser des questions... l'adolescence est tellement une période complexe qu'il y a forcément des évènements qui se sont passés et que nous n'avons pas digéré ! mais savons nous lesquels ?

Le personnage d'Ida est attachante mais assez difficile à comprendre parfois, c'est pour moi, ce qui fait son charme et sa mère me fait beaucoup de peine dans cette histoire très bien ficelée par Nadia Terranova.

Je vous conseille cette petite pépite les amis ! 

A bientôt sur le blog.

Pour aller plus loin 



samedi 9 novembre 2019

" Moura mémoire incendiée " d'Alexandra LAPIERRE

Bonjour Chers Lecteurs,

Je suis ravie de vous retrouver sur le blog pour vous parler de mon auteur coup de coeur.
J'étais en congés dans le sud de la France et je suis tombée sur l'offre commerciale que fait souvent Pocket. Aussi je mets à lire différents résumés et je tombe sur un autre roman de cette autrice (qui apparaîtra sur le blog)... je suis conquise le résumé me plaît. Le Hic de l'histoire c'est que la caissière m'a dit que je ne pourrais pas l'acheter car il n'est pas à vendre...

Je me suis donc rendue dans une autre librairie et je suis tombée sur Moura.
Comme quoi, parfois les rencontres avec certains auteurs ne viennent pas des réseaux sociaux et parfois du hasard !

Alexandra LAPIERRE
Edition pocket (6 avril 2017)
783 pages
Roman historique
littérature française

Ma note : 5/5

Quatrième de couverture 

Dans les tourmentes de la révolution bolchevique, d'une guerre à l'autren Moura a traversé mille mondes. Aristocrate d'origine russe, elle s'est appelée Maria Zakrevskaïa, Madame Benckendorff, la baronne Budberg... et elle a bien existé.
Elle a été la passion d'un agent secret britannique, la muse de Gorki, la compagne de H.G. Wells, l'égérie de l'intelligentsia londonienne. Elle a côtoyé tous les grands du XXe sicèle, le Tsar, Staline, Churchill, de Gaulle. Les uns chantèrent son courage, sa chaleur et sa fidélité. Les autres dénoncèrent ses mensonges. Tous s'entendirent néanmoins sur un point ; Moura incarna la vie, à tout prix.

Mon avis

 Pour résumé en quelques mots Moura :
"elle maintenait autour d'elle une aura de mystère qui attirait les gens comme des mouches".
Ce roman est une vraie pépite, l'auteure Alexandra Lappierre a, nous pouvons le dire, un vrai goût pour l'écriture des romans historiques. "Moura, la mémoire incendiée" a été un bonheur de lecture, c'est pour ma part le premier roman que je découvre et je ne vais pas m'arrêter là.

Nous rencontrons donc Moura née Maria Ignatievna Zakrevskaia en 1892, elle épouse en 1911 un diplomate issu de la famille germano-balte des Beckendorff, ils s'établissent à Saint-Pétersbourg.
Pendant que son mari est au front, Moura a des liaisons et rencontre Gorki, elle devient sa secrétaire mais elle n'oublie pas pour autant le diplomate anglais Bruce Lockhart, agent secret pour la couronne britannique. Elle deviendra également, plus tard, la maîtresse d'H.G. Wells. Cet homme est déjà marié mais il ne pourra pas se passer, jusqu'à la fin de sa vie, de la Comtesse.

En parallèle, il faut tout de même noter que les renseignements britanniques ne lui font pas confiance et la considère comme une espionne jusqu'au bout de sa vie. Cette partie est assez intéressante à découvrir et à suivre. De ce fait, elle a dû mal à rejoindre certains pays.

Cette belle aventure de toute une vie est vraiment un roman à découvrir. Je me suis beaucoup documenté sur le sujet, car la lecture de ce roman pousse à comprendre Moura et les évènements qui l'entourent. Moura "incarna la vie, à tout prix".

Enfin, pour terminer, je voulais parler de l'aspect politique qui est assez présent tout au long de ce roman. Je dois avouer que, personnellement ce n'est pas l'aspect que je préfère mais très franchement ça ne m'a en aucun cas empêché de prendre beaucoup de plaisir à le lire. De ce fait, ne prenez pas peur les amis !!

Je vous le conseille à 100% si vous aimez l'histoire ou les belles aventures.

A bientôt sur le blog.


Pour aller plus loin


quelques avis supplémentaires :

"Derrière une histoire romancée fort agréable , j'ai révisé cette période historique avec bonheurJ'avais tendance à confondre le bolchévisme , les soviets et le communisme , à présent c'est bien plus clairBien écrit, ce qui ne gâche rien"

"Moura m'a transportée à travers le XXe siècle : des guerres mondiales à la révolution russe, cette héroïne incroyable parvient à survivre aux pires tourments de cette époque terrible.Son histoire se lit comme un roman d'aventure, mais en mieux, car tout est vrai...Un excellent roman historique, à lire d'urgence ! "
Pour le commander ;

https://www.amazon.fr/Moura-Alexandra-LAPIERRE/dp/2266271652/ref=sr_1_1?__mk_fr_FR=ÅMÅŽÕÑ&keywords=moura&qid=1573298954&s=books&sr=1-1 

"La Tresse" de Laëtitia Colombani

Hello,

Je reviens par ici car j'ai terminé cette belle histoire. Vous l'aurez lu dans le titre, il s'agit de "La tresse" un livre qui a fait parlé de lui dans le monde littéraire et dans les librairies.

Je vous laisse découvrir mon avis.

Laetitia Colombani 
Livre de poche (30 mai 2018)
240 pages
littérature française
7.20 €


Ma note ; 4/5

Quatrième de couverture


Inde. Smita est une Intouchable. Elle rêve de voir sa fille échapper à sa condition misérable et entrer à l’école.
Sicile. Giulia travaille dans l’atelier de son père. Lorsqu’il est victime d’un accident, elle découvre que l’entreprise familiale est ruinée.
Canada. Sarah, avocate réputée, va être promue à la tête de son cabinet quand elle apprend qu’elle est gravement malade.
Liées sans le savoir par ce qu’elles ont de plus intime et de plus singulier, Smita, Giulia et Sarah refusent le sort qui leur est réservé et décident de se battre. Vibrantes d’humanité, leurs histoires tissent une tresse d’espoir et de solidarité.
Trois femmes, trois vies, trois continents. Une même soif de liberté.





Mon avis 

Nous suivons le destin de 3 femmes dont l'une ne souhaite pas que sa fille subisse les mêmes humiliations, devoir vider les toilettes sèches des gens. Elle veut que sa fille lise, étudie... la seule solution étant d'aller à l'école et étant une nouvelle fois humiliée par le maître, Smita décide de fuir pour sauver Sasilla.

Giulia habite en Sicile et travaille dans la même entreprise que son père qui concerne les cheveux italiens. Il a un accident et elle découvre qu'il est criblé de dette. 
En parallèle nous suivons une relation qui se créée avec Kamal rencontré à la bibliothèque. Giulia se bat pour sauver l'entreprise.

Enfin Sarah du Canada est avocate et n'arrête pas une seule seconde. Un jour elle fait un malaise et on lui découvre un cancer du sein. Elle va se battre contre la maladie mais malheureusement elle doit également se battre contre la discrimination qu'elle subit au cabinet et tombe évidemment de haut lorsqu'elle voit les réactions.
Elle devait passer associée !

On découvre à la fin pourquoi la destin de ses trois femmes se regroupe et je trouve cela magnifique !!! 
Il s'agit d'un beau combat pour les 3 femmes qui savent prendre leur vie en main.

Concernant l'écriture de ce roman, j'ai pris beaucoup de plaisir à le lire. L'auteure possède une très belle plume, très agréable à lire et très fluide. Je vous le conseille vivement si ce n'est pas encore fait.

A bientôt sur le blog.

Pour aller plus loin


"Un livre qu'on ne peut pas poser et qui se lit tout seul, le combat de trois femmes pour la vie, chacune dans son domaine, mais qui ne renoncent pas malgré les embûches et les découragements.Très beau livre, très émouvant mais qui donne une pêche formidable."

"Avec sensibilité et générosité l’auteure nous fait partager trois destins de femmes si différents et si semblables… Trois femmes qui ne se connaitront jamais qui sont les mêmes dans leurs aspirations, leur révolte et leur envie d’être heureuses. J’ai découvert la vie d’une indienne, partagé celle d’une italienne et assisté à la « naissance » d’une canadienne avec beaucoup d’émotion (s). L’écriture en parallèle de ces trois destins permet de vivre leur évolution si lointaine et pourtant si similaire. Un régal ! Merci Laetitia Colombani ! "
Pour le commander :

https://www.amazon.fr/product-reviews/2253906565/ref=acr_dpx_hist_5?ie=UTF8&filterByStar=five_star&reviewerType=all_reviews#reviews-filter-bar

mercredi 2 octobre 2019

"Miniaturiste" de Jessie Burton

Hello les amis,

Je reviens cette fois avec un roman que j'avais hâte de découvrir. Je ne sais plus exactement comment je suis tombée sur ce livre, mais le résumé m'a immédiatement séduite.
Voici donc mon avis :

Editions Folio
Sortie le 02 mars 2017
528 pages
Roman / littérature

MA NOTE : 4/5

Quatrième de couverture

Nella Oortman n’a que dix-huit ans ce jour d’automne 1686 où elle quitte son village pour rejoindre à Amsterdam son mari, Johannes Brandt. Homme d’âge mûr, riche marchand, il vit dans une opulente demeure entouré de ses serviteurs et de sa sœur, Marin, une femme restée célibataire qui accueille Nella avec une extrême froideur. Johannes offre à son épouse une maison de poupée représentant leur propre intérieur, que la jeune fille entreprend d’animer grâce aux talents d’un miniaturiste. Les fascinantes créations de l’artisan permettent à Nella de mettre peu à peu au jour de dangereux secrets… S’inspirant d’une maison de poupée exposée au Rijksmuseum d’Amsterdam, Jessie Burton livre ici un premier roman haletant, et dessine le portrait d’une femme résolument moderne, déterminée à affirmer son existence dans un monde hostile, où la rigueur morale le dispute à l’intransigeance religieuse.

Mon avis

Nous suivons une jeune fille de 18 ans prénommée Nella, de son vrai nom Petronella, qui vient d'un  petit village.
Elle débarque donc à Amsterdam en tant que femme mariée d'un marchand relativement riche. Jusque là nous pouvons nous dire que c'est une histoire qui commence et finit bien. Vous vous doutez bien que ce n'est pas comme ça que cela va se passer...
Johannes, le mari de Nella ne vit pas seul mais avec sa soeur Marin (avec un air assez coincé) ainsi que deux personnels de maison : Otto et Camélia. Nella, avec tout ce petit monde, rencontre beaucoup de difficulté à se croire chez elle.

En parallèle, Johannes lui offre un cabinet ... dont elle va recevoir d'une personne inconnue des miniatures... qui est cette personne ? et comment fait-elle pour en connaître autant sur Nella et "ces" proches ?

"Sur le carrelage, un énorme cabinet ouvert se dresse, dominant Johannes de la moitié de sa taille. Il est démesuré, ce cabinet géant soutenu par huit pieds incurvés et solides, deux rideaux en velours couleur moutarde tirés sur sa façade."

Ce livre révèle pas mal de secrets, qu'il me tarde de connaître... l'auteure en révèle assez pour donner l'eau à la bouche et continuer sa lecture.
J'ai accroché très rapidement sur la plume de l'auteure mais aussi sur l'histoire... je n'ai pu relever aucune longueur, nous sommes vraiment tenus en haleine jusqu'au bout.

Je voulais vous dire que la fin est vraiment très surprenante, il est important de lire ce roman jusqu'à la dernière ligne... vous allez être surpris.


Enfin, pour moi, il y a deux histoires en parallèle qui finalement se regroupent... l'histoire de Johannes et son pacte avec le diable car homosexuel et l'histoire de la miniaturiste et des objets envoyés à Nella.

Je dois vous avouer que la deuxième partie a un côté paranormale et ce n'est, de ce fait, pas ma préférée. Je n'attends pas ce côté là dans ce style de roman.

A bientôt pour de nouvelles aventures !


Pour aller plus loin 

Quelques avis supplémentaires :
"J'ai été emballée par cet ouvrage ! écriture limpide, personnages fascinants, sujet très original....Sur un fond historique méconnu : la société des marchands protestants du 17èmes à Amsterdam. Cela se lit comme un polar tant on s'attache à l'héroine et à tout ce qui lui arrive ,on aimerait que cela ne s'arrête jamais....j'attends avec impatience que Jessie Burton nous propose d'autres bouquins !"

"C'est un voyage dans le temps. Amsterdam du XVIIe siècle avec son économie croissante, sa corruption, son système judiciaire, son église et ses travailleurs. Je n'ai pas pu le poser et le lire en deux semaines."

Si vous souhaitez vous procurer ce roman ; 


mardi 17 septembre 2019

"Bakhita" de Véronique OLMI

Bonjour à tous,

Une chronique spéciale pour un roman spécial...terrible ... horrible...

480 pages
Livre de poche
Littérature française


Résumé du roman

Enlevée à sept ans dans son village du Darfour, Bakhita a connu toutes les horreurs et les souffrances de l’esclavage. Rachetée à l’adolescence par le consul d’Italie, elle découvre un pays d’inégalités, de pauvreté et d’exclusion. Affranchie à la suite d’un procès retentissant à Venise, elle entre dans les ordres et traverse le tumulte des deux guerres mondiales et du fascisme en vouant sa vie aux enfants pauvres.
Bakhita est le roman bouleversant de cette femme exceptionnelle qui fut tour à tour captive, domestique, religieuse et sainte. Avec une rare puissance d’évocation, Véronique Olmi en restitue le destin, les combats incroyables, la force et la grandeur d’âme dont la source cachée puise au souvenir de sa petite enfance avant qu’elle soit razziée.

Mon avis 

Il est passionnant mais si effrayant ... il est même terriblement effrayant et chaque mot de l'auteure marque les esprits.
Je ne peux qu'être attristée par le comportement des hommes et des femmes... cet horrible comportement dont le but est de blesser, de faire mal et de tuer parfois.

Si nous parlons du livre en lui-même : l'écriture est si fluide que les mots glissent sous nos yeux... bien évidemment je ne vais pas vous dire que tous les personnages m'ont plu, non ce n'est pas possible ... en revanche, il est vital de suivre cette petite, enlevée à l'âge de 6 ans, que nous voyons évoluer parfois tristement sous nos yeux et sous les mots de Véronique OLMI.

Il faut le dire le début est très dense dans les actes, les actions ... j'ai de ce fait trouvé la fin plus "plate" même si nous restons dans la suite normale des choses et que l'histoire évolue au fur et à mesure des pages. Je ne veux pas en dire trop, je vous laisse donc lire ce roman afin de vous faire votre propre idée.

Je lui attribue la note de 4/5, nous ne sommes pas sur un coup de coeur mais j'ai apprécié ma lecture. Une lecture qui a malheureusement démontré l'horreur humaine. Le monde est parfois triste.

A bientôt sur le blog

Pour aller plus loin 

Quelques avis ;

Quelle vie !!! un condensé de ce que l'Homme a de plus mauvais mais grâce à Bakhita,ce livre nous montre ce que l'Homme a aussi de meilleur. De la violence à la paix, de la haine à l'amour, de l'esclavage à la liberté. Tant de luttes que Bakhita a dû livrer et dont elle s'est toujours relevée.Une histoire vraie romancée d'une manière extraordainaire par Véronique OlmiUn livre poignant et déchirant!!!Ce livre m'a fait pleuré et m'a marqué a jamais

Sélection du message

Hello les lecteurs, J'ai eu une envie folle de me replonger dans l'histoire de la découverte de la tombe de Toutankhamon. J'av...